mercredi 25 janvier 2017

La fois ou...j'ai suivi les flèches jaunes de Amélie Dubois

                                                          Résumé
Mon nom est Mali Allison : psy de formation et écrivaine de passion. Récemment, j’ai fait face au vide — le grand néant littéraire. Mon écran était blanc; mon inspiration, sèche comme une tarte au sable. « Tu penses trop, Mali » ne cessaient de me répéter ma petite voix intérieure ET mon chum avec qui rien n’allait plus. Il me fallait « trouver des réponses »… Un truc sur ma bucket list depuis longtemps s’est imposé de lui-même; une petite marche de santé mentale de 700 kilomètres sur le mythique Camino francés, en Espagne. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Mes consoeurs affirmaient que seuls de vieux bohèmes toujours sous l’effet de vapeurs obscures des années 1970 faisaient ce périple. Je croyais pour ma part que cette balade bucolique entre les vignes s’avérerait un jeu d’enfant. Tout le monde avait tort. En réalité, la Compostelle, c’est le chevauchement de trois défis complémentaires à relever armé d’un sac à dos rempli de peurs. Le reste du temps, on rencontre des âmes-lanternes, on chante du Cabrel avec les cigognes, on engloutit des quantités de papas bravas et on prend des selfies devant des églises millénaires. L’important, au bout du compte, reste de suivre les flèches jaunes… sans trop perdre le nord !

Mon avis
Il s'agit du premier roman d'Amélie Dubois que je lis, malgré le fait que plusieurs attendent dans ma pile à lire. Bien que celui-ci se lise indépendamment, on retrouve des références à ses anciens romans . Je pense entre autres aux amies de Mali qu'on apprend fort probablement à connaître dans la série Chick-lit. Cependant, je n'ai pas senti que c'était un manque en soi, car l'histoire en est une à part entière.

La plume de l'auteure m'a tout d'abord déstabilisée. Je ne lis pas souvent de romans québécois et j'ai trouvé que c'était écrit un peu comme on parlait au quotidien. Cependant, plus le roman avançait, plus je me suis rendue compte que c'était ce qui donnait le ton et la couleur à l'intrigue et aux personnages. Amélie Dubois écrit avec une plume très humoristique et n'a pas peur du ridicule. C'est comme se glisser dans son sofa et se sentir chez soi en pantoufles. Les notes de bas de page sont presque aussi hilarantes que les réactions dans l'histoire. C'est la preuve qu'il ne faut pas se fier à son premier jugement, car poursuivre la lecture porte fruit!

La protagoniste est Mali. C'est une femme organisée, habituée à contrôler toutes les sphères de sa vie et à ne rien laisser au hasard. Cependant, sur un coup de tête elle décide de marcher le chemin de la Compostelle. L'auteure nous démontre comment ce pèlerinage peut modifier la façon d'être des gens. Pour Mali, elle a notamment pris conscience qu'il faut lâcher-prise dans la vie et aller de l'avant. Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse découvrir l'évolution de sa personnalité à travers ses réactions tout au cours de l'intrigue. La description des personnages que fait l'auteure est très originale et colorée, car non seulement elle les décrit physiquement, mais elle utilise aussi un style d'écriture pour les différencier.

L'intrigue porte sur le parcours que fait Mali de son départ à Barcelone jusqu'à la fin du chemin à Santiago. La marche se divise en trois phases, le défi physique, moral et spirituel. Tout au cours de l'intrigue, l'auteure nous fait part du développement de Mali à chaque phase. Elle nous transmet ses réflexions sur sa vie au Canada, ses traits de personnalité et son objectif au bout du chemin. J'ai apprécié les passages spirituels, les leçons de vie et autres phrases optimistes greffées un peu partout qui peuvent aussi s'appliquer à nous mêmes. C'est une façon pour le lecteur de parcourir la Compostelle à travers les mots. Ne dit-on pas que les livres sont faits pour nous faire voyager?

Je vous conseille fortement la lecture de ce roman. En plus d'être accessible à un large public il comble à la fois les intérêts des lecteurs de développement personnel, mais aussi ceux qui aiment l'humour et les intrigues prenantes.

Je remercie Québec loisirs pour ce partenariat.

Pour en savoir plus sur le roman, cliquez ici

Si vous n'êtes pas encore abonné à Québec loisirs, vous pouvez le faire ici


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire